Tout savoir sur la Mode Tête de Mort

bague Tête de Mort acier

Il n'est pas nécessaire d'être particulièrement observateur pour remarquer que l'image d'un crâne humain est une énorme tendance au XXIe siècle. T-shirts, pantalons, vestes, cravates, chaussettes, sous-vêtements, bijoux et même robes de soirée ornées de têtes de mort font fureur ces temps-ci. Et lorsqu'il s'agit de bijoux, les têtes de mort sont omniprésentes. Il suffit de sortir et chaque passant arborera un bracelet, un collier, des boucles d'oreilles, une ceinture en cuirou une montre tête de mort. Les fashionistas semblent être à fond dans les têtes de mort, même si elles représentent la mort. Alors pourquoi aimons-nous les têtes de mort et d'où vient cette tendance originale ? C'est ce dont nous allons parler dans cet article.

DES CRÂNES CHARGÉS D'HISTOIRE

Dans les temps anciens, le crâne était un emblème de la mortalité. Cette signification n'a rien d'étonnant. Après tout, la mort est la première pensée qui nous vient à l'esprit lorsque nous regardons des crânes. Ce qui est remarquable, c'est que les anciens combinent magistralement la signification de la mort avec l'immortalité et la représentation de l'âme humaine (plus précisément, un réceptacle pour l'âme). Lorsqu'un seul objet donne lieu à autant d'interprétations, il n'est pas surprenant que les crânes soient dotés d'une signification rituelle particulière. Par exemple, l'art de la culture aztèque tournait autour d'une seule idée : propitier les dieux. C'est pourquoi les Aztèques ornaient les statues rituelles, et eux-mêmes aussi, de colliers de crânes en or et de cœurs en argent. Ensemble, ils symbolisaient le rite du sacrifice.

Les Celtes considéraient les crânes comme les réceptacles d'un pouvoir sacré. Ce pouvoir était censé protéger une personne de l'adversité et lui conférer santé et richesse. Selon les anciens Mexicains, un crâne est soumis aux profondeurs de la terre et à leurs pouvoirs. Aujourd'hui encore, le pays célèbre le jour de la mort pour honorer la mémoire des défunts et rendre hommage à ceux qui vivent dans l'autre monde. Pour un Mexicain ordinaire, la mort n'est pas la fin, c'est le début d'une nouvelle aventure. Par conséquent, le jour des morts n'est pas un deuil pour les personnes décédées. Il s'agit plutôt d'une fête somptueuse qui réunit jeunes et vieux, vivants et morts. Les gens s'amusent en mangeant des bonbons et des biscuits en forme de crâne en sucre et en buvant dans des tasses en forme de crâne. Les crânes en sucre (bonbons en forme de crâne) ont même donné naissance à une jolie tendance de mode. Recouverts d'émail vibrant et ornés de motifs floraux exquis, ils ont inspiré des bijoux, des vêtements, des masques et même des maquillages.

L'influence des crânes se retrouve littéralement partout dans le monde antique. Au Pérou, les gens vénéraient les crânes allongés. Ils dénotaient une origine aristocratique, voire divine. C'est pourquoi, dès leur plus jeune âge, les Péruviens devaient se soumettre au douloureux rituel de la déformation artificielle du crâne. Dans la Chine ancienne, les sages immortels avaient des têtes énormes - ils avaient tellement d'énergie Yang dans leur cerveau que leur crâne devait grandir pour la contenir. Dans l'Inde voisine, les gens ne privaient pas non plus les crânes d'attention. Pour les ermites hindous, les crânes étaient un symbole de renoncement pour sauver l'âme immortelle. Les crânes représentaient également les puissantes divinités tibétaines et, dans le monde chrétien, ils étaient associés à des apôtres et des saints tels que l'apôtre Paul, Sainte Madeleine, Saint François d'Assise et bien d'autres.

Au fur et à mesure que notre monde vieillit, les crânes acquièrent de nouvelles significations et interprétations. Les chamans, les sorciers et les magiciens utilisaient les crânes dans les rituels de sorcellerie. Les alchimistes essayaient de trouver la sagesse dans les crânes. Les maçons conservaient comme relique magique le crâne du grand maître des Templiers, Jacob de Molay, qui fut brûlé sur le bûcher en 1314.

Comme vous pouvez le constater, les crânes font partie intégrante de l'existence humaine depuis des temps immémoriaux, même si les peuples anciens utilisaient plutôt de véritables crânes humains et animaux comme objets de culte et de rituels. Cependant, lorsque la Renaissance est entrée en scène, les crânes ont commencé à se développer avec succès dans la mode.

LA MODE TÊTE DE MORT MILITAIRE

Les militaires ont été les premiers à explorer l'attrait des crânes dans le domaine de la mode. Dans les sociétés primitives, les guerriers pensaient qu'ils pouvaient obtenir l'habileté et la force de leurs ennemis en prenant possession de leurs crânes. Ils fabriquaient des colliers à partir de ces crânes, les utilisaient à la place des bonnets ou comme embellissement de leurs robes de combat. Non seulement les crânes donnaient de la force aux guerriers, mais ils étaient également censés intimider les tribus ennemies, comme s'ils disaient : voici le sort qui vous attend si vous ne battez pas en retraite.

Les crânes et les os symbolisaient la victoire sur la mort dans l'armée de la Rome antique. Les processions triomphales qui suivaient les grandes victoires montraient des soldats en pleine gloire, avec leurs armures et leurs armes ornées de crânes. Mais même au moment du triomphe, ils n'oubliaient pas la mort. Le chef militaire en tête du cortège avait un esclave derrière lui qui murmurait "Memento mori", pour rappeler que personne ne peut éviter la mort.

Peu à peu, les crânes se sont imposés dans la mode militaire et, au XVIIIe siècle, on pouvait voir leur image sur les insignes militaires de pratiquement toutes les armées européennes. Les historiens associent ce phénomène à la diffusion du style romantique dans la littérature, la peinture et l'architecture. Succombant à ses influences, les officiers arborent des insignes à tête de mort sur leurs uniformes officiels.

La première armée régulière à adopter officiellement les crânes fut les Totenkopfhusaren (hussards à tête morte) de Prusse. Ils complétaient leurs shakos avec des têtes de mort et des os croisés en argent. La signification de ce symbole est l'unité de la guerre et de la mort sur le champ de bataille.

Par la suite, la tête de mort est apparue dans les troupes finlandaises, bulgares, hongroises, autrichiennes, italiennes et polonaises. Les soldats de l'armée russe pendant la campagne étrangère contre Napoléon étaient couverts de crânes de la tête aux pieds, comme s'ils imitaient leurs camarades prussiens. La tête de mort est toujours l'un des éléments de l'insigne des Queen's Royal Lancers (QRL), le régiment de cavalerie de l'armée britannique.

LES BIJOUX TÊTE DE MORT

Les premiers bijoux en forme de crâne remontent aux 15e et 16e siècles. Le Metropolitan Museum de New York expose un chapelet catholique fabriqué il y a plus de 400 ans. Les perles en ivoire présentent des têtes d'un côté et des crânes avec des squelettes de l'autre. Au XVIIe siècle, les pendentifs et bagues en or ornés de pierres précieuses et d'émail noir étaient en vogue dans toute l'Europe occidentale. Ces bijoux étaient beaux en soi, mais leurs significations étaient encore plus remarquables. Par exemple, les veuves portaient souvent des anneaux de deuil portant le nom de leurs maris décédés et diverses inscriptions douloureuses en latin ou dans la langue locale. La reine Victoria a lancé cette tendance après la mort de son mari, le prince Albert, en 1861. D'autres aristocrates et personnes fortunées lui ont emboîté le pas.

Et pas seulement dans les cas de maladie. Les crânes ornent les bagues dans la santé également. Elles sont devenues un motif populaire pour les alliances, et l'alliance de Martin Luther est un excellent exemple de cette tendance originale. Cependant, le plus souvent, les images de la mort sont une technique favorite des bijoux Memento Mori. Son but était de rappeler aux porteurs qu'au bout de leur voyage, ils rencontreront la mort. Par conséquent, ils doivent vivre leur vie avec dignité.

LES TÊTES DE MORT DANS LES SOUS-CULTURES

Après un regain de popularité dans le sillage du néo-gothique au XIXe siècle, l'intérêt pour les crânes s'est rapidement estompé. Toutefois, la période d'oubli n'a pas duré longtemps. Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, une panoplie de parias culturels ont adopté des vêtements d'origine militaire et des symboles de guerre pour exprimer leurs convictions (rappelons que le crâne est l'un des symboles des uniformes militaires). Les pionniers de toutes ces sous-cultures sont les motards. Des millions de soldats sont rentrés chez eux après le front, mais ils n'y ont trouvé que peu de joie. Ils détestaient l'establishment américain et la romantisation du militarisme. Ils n'arrivaient tout simplement pas à trouver leur chemin dans cette nouvelle société inconnue. Ironiquement, l'armée américaine leur a prêté main forte en vendant des équipements militaires excédentaires, dont des motos. Trouvant du réconfort dans la pratique de la moto, les motards se sont mis à ouvrir des clubs de motards et à propager leurs idées avec enthousiasme. En guise de protestation, ils revêtent des uniformes militaires ainsi que les trophées qu'ils ont ramenés des champs de bataille. Leurs idées ont trouvé un écho auprès des hippies, des opposants à la guerre du Vietnam et d'autres personnes comme eux. Toutes ces personnes ont choisi les crânes comme symbole de leur vision du monde.

Depuis les années 1960, les crânes ont touché diverses sous-cultures musicales et groupes marginaux. Pour eux, les symboles de la mort sont devenus un moyen d'afficher leur désespoir, leur rage et leur déception à l'égard des valeurs du monde moderne. On peut voir des têtes de mort dans la garde-robe de tous les rockeurs, punk, métalleux et aficionados du grunge. Il faut mentionner la bague de Keith Richards, qui est aussi emblématique que le guitariste des Rolling Stones lui-même. Son exemple a montré aux autres musiciens que les têtes de mort ne sont pas seulement les bienvenues, mais qu'elles sont indispensables à toute rock star qui se respecte.

Parallèlement, les crânes ont attiré l'attention de groupes hors-la-loi et paramilitaires tels que les néonazis, les racistes, les skinheads, les gangs de trafiquants de drogue, les trafiquants d'êtres humains et les pirates modernes. Pour tous ces gens, les images de crânes sont devenues un enjeu de mort. Et en même temps, elles sont la protestation visuelle et le refus de la culture généralement acceptée.


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.


Vous aimerez lire aussi :

Signification Bague Tête de mort
Quelle est la Signification des Bagues Tête de mort ?

Découvrez la Signification des Bagues Tête de mort. Dans la tradition populaire, la signification des bagues tête de mort rappelle le caractère immortel de cette partie du corps.
Signification du Tatouage Tête de mort Mexicaine
Quelle est la Signification du Tatouage Tête de mort Mexicaine ?

La Signification du Tatouage Tête de mort Mexicaine varie en fonction de la décoration qui l’entoure et de son symbole dans les différentes cultures.
Bagues tête de mort pour homme
Bagues tête de mort pour homme : conseils pour choisir et offrir un cadeau

Les bagues tête de mort homme deviennent rapidement l'une des tendances de mode croissantes. Que faudra-t-il faire pour trouver celle qui sera parfaite et qui se démarquera des autres ?